TRIODE DE FELLIERE seulement seconde

Nous avons fait le déplacement sur l'hippodrome de Vincennes pour la première fois de l'année 2013, en dehors du prix de Belgique, notre centre "d'intérêts" se portait sur TRIODE DE FELLIERE dans le prix Ténor de Baune. Pourquoi cette jument en particulier ? Simplement nous connaissons ses éleveurs, monsieur et madame Jacques BOULLY (ex président du GEMTROT),  Derby du Gite est un étalon que nous avions retenu pour SOLENZARA il y a deux ans, quand nous pensions déjà arrêter la jument.

Cette course est un peu l'eau chaude et l'eau froide, eau chaude pour la superbe fin de course de la jument, eau froide pour le résultat car la seconde place ne la qualifie pas pour la prestigieuse course du prix d'Amérique.

De notre avis très personnel, TRIODE était la jument de la course et méritait la qualification pour le prix d'Amérque. Nous ne referons pas la course mais quelle erreur d'avoir laissé RAJA MIRCHI partir loin devant ! Le cheval l'a fait tel SEA COVE avec Jos sauf que lui était en limite de ses possibilités, à la limite de la "rupture". Nous restons beaux joueurs et lui souhaitons bonne chance le 27 janvier, mais n'en ferons même pas un outsider malgré cette victoire dans le prix Ténor de Baune.

Nous supposons que l'entourage de TRIODE peut avoir un peu d'amertume, la jument semblant tellement supérieure à RAJA MIRCHI...

C'était un bon coup à jouer, il est, nous ne dirons pas loupé, mais imparfait, en aucun cas nous ne souhaitons amoindrir la performance de la jument, laquelle a fait pour l'instant une carrière, et cette dernière course, exceptionnelle. Après tout la jument a simplement fait ce que son pilote lui a demandé, comme chacun sait, dans les courses un cheval même exceptionnel vous sauve de certaines situations, a condition que son pilote est la science infuse, enfin non la gestion de la course pour aller à la victoire...

Ce n'est que partie remise, tout du moins pour le prix d'Amérique, TRIODE a encore beaucoup d'avenir, nous saluons ses éleveurs, son entraîneur J.P. MARMION et son driver A. BARRIER malgré sa déconvenue du jour.